Facebook login

3 choses que vous devriez savoir sur le FN Five-seveN

C’est un pistolet différent des autres, un design qui plait ou qui ne plait pas, mais qui ne laissera jamais personne indifférent. Un modèle curieux qui n’est pas à la portée de tous les pays et qui pourtant surprend tout le monde.

(Airsoft) Five Seven Tokyo Marui Gbb - KhanSeb

(Airsoft) Five Seven C02 Marushin/Cybergun

Que savez-vous réellement sur l’histoire de ce modèle ? Souvent, on pense connaître nos classiques, mais on oublie tout ce qu’il y a derrière. Voici trois choses que vous devriez savoir sur celui-ci. N’hésitez pas à laisser en commentaires ce qui vous paraît important.

Son nom

Le nom de l’arme fait référence à son calibre de 5,7 mm (“cinq-sept” en anglais, au cas où) et son style d’orthographe tente de faire ressortir les initiales du fabricant, FN. Ils sont allés chercher loin ce jour-là...

Son surnom

Il utilise une cartouche spécifique qui n’est utilisée sur aucun autre modèle de pistolet semi-automatique d’autres marques : le 5,7 x 28 SS190, qui a un recul très bas pour le modèle, une plus grande précision, et qui peut transpercer les gilets pare-balle de catégorie IIIA jusqu’à 50 m.

Sa catégorie

A la fin des années 80, et dû principalement à l’augmentation de divers dispositifs pare-balle, l’OTAN a lancé une campagne pour rechercher des armes à grande capacité de pénétration. Une multitude de projets d’armement ont surgi sous le nom générique de Personal Defense Weapon (PDW). Ces armes avaient pour caractéristique commune d’offrir au secteur militaire une munition capable de traverser les protections balistiques.

Parmi tous ces projets, deux des plus populaires furent développés par la compagnie belge FN Herstal. Il s’agissait du pistolet-mitrailleur P90 et du pistolet semi-automatique Five-seveN.